Karama Mali est une association loi 1901 qui accompagne les enfants du village Bozo de Bamako au Mali : par l’éducation et l’ouverture au monde, nous ambitionnons de les armer de savoir et réflexion face aux problématiques qui sont les leurs. L’enjeu est grand : le Mali subissant des conflits intercommunautaires et des actes terroristes, il est indispensable de créer un lieu d’épanouissement, d’ouverture aux autres et d’apprentissage pour une génération qui rêve, rit et ambitionne.

Les Bozos sont un formidable peuple semi-nomade qui vit de la pêche et du ramassage de sable. Souvent considérés comme les maîtres et gardiens du fleuve Niger, les hommes passent une grande partie de la journée sur leur pirogue à pratiquer la pêche ou le ramassage de sable et les femmes s’occupent des tâches quotidiennes du foyer. Si la valorisation des rites et cultures Bozos est nécessaire pour la protection du patrimoine immatériel malien, elle présente aussi de nombreuses défaillances dans une société où la mondialisation est grandissante.
Les enfants Bozos sont laissés pour compte, souvent abandonnés à leurs sorts, atteints de malnutrition, et non scolarisés. Un constat accablant quand on sait que l’avenir des peuples Bozos dépendra de cette jeune génération.

La dégradation du fleuve Niger due à la pêche excessive, l’exploitation anarchique du sable et les déchets toxiques (mercure) participent considérablement à la détérioration des villages Bozos sur les rives du fleuve, entraînant une situation de profonde précarité et d’insalubrité persistante.
D’un point de vue urbanisation, vivre sur les rives du fleuve est risqué car la mairie du District de Bamako menace d’évacuer les lieux depuis plusieurs années.